Warning: array_shift() [function.array-shift]: The argument should be an array in /home/www/incamera/www/config/ecran_securite.php on line 225

Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/incamera/www/config/ecran_securite.php on line 226
Biographie - in camera

Édouard Boubat est né en 1923. Il passe son enfance à Montmartre puis étudie la photogravure à l’école Estienne.
C’est après guerre, en 1945, qu’il découvre la photographie. Il vend les six volumes de son dictionnaire pour acheter son premier appareil photographique : un Rolleicord au format 6X6, et réalise sa fameuse photographie : « La petite fille aux feuilles mortes, 1946 ».
En 1947, il rencontre Lella, qui deviendra sa muse. La même année, il obtient le prix Kodak.
La revue « Camera » le publie pour la première fois en 1950, année où il réalise « l’arbre et la poule », autre photographie emblématique de son oeuvre.
En 1951, Robert Delpire l’invite à exposer à la librairie la Hune, à Paris, aux côtés de Brassaï, Doisneau, Izis et Fachetti. Les tirages présentés sont remarqués par Bertie Gilou, directeur artistique de la revue Réalités. Édouard Boubat commence alors une longue collaboration avec ce magazine. De 1952 à 1967, il voyage et réalise de nombreuses photographies à travers le monde.
Il redevient photographe indépendant en 1967 et collabore avec l’agence de presse Rapho.
En 1971, il est l’invité d’honneur des Rencontres d’Arles, où il obtiendra le Grand Prix du livre en 1977 pour « La survivance ».
Il recevra le Grand Prix national de la photographie pour l’ensemble de son œuvre en 1984, et le prix de la Fondation Hasselblad, en 1988.
Jacques Prévert, son ami, le surnommait « le correspondant de paix », et Robert Doisneau a dit à son propos : « De ce monde déchiqueté, Édouard Boubat nous révèle les surprenants instants de plénitude »
Édouard Boubat décède le 30 juin 1999, à l’âge de soixante-quinze ans.