Warning: array_shift() [function.array-shift]: The argument should be an array in /home/www/incamera/www/config/ecran_securite.php on line 225

Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/incamera/www/config/ecran_securite.php on line 226
Biographie - in camera

Né de parents médecins, juifs et originaires d’Europe Centrale, Frank Horvat vit successivement en Suisse, en Italie, au Pakistan, en Inde, en Angleterre et en France, où il s’installe à la fin des années 1950, tout en se rendant régulièrement aux États-Unis et en voyageant souvent en Europe, dans les Amériques et en Asie.

Son parcours de photographe est influencé, en 1950, par une rencontre avec Henri Cartier-Bresson, qui le détermine à adopter le Leica et à entreprendre un voyage de deux ans en Asie, en tant que photojournaliste indépendant. Les images en noir et blanc qu’il y réalise lui valent ses premiers succès — notamment la participation à l’exposition « The Family of Man », au Museum of Modern Art de New York.

À partir de 1957, il applique son expérience de reporter à la photographie de mode, avec un style plus réaliste et moins guindé que celui des magazines de l’époque. Ses publications dans ELLE, Vogue et Harper’s Bazaar, en Europe comme aux États-Unis, influenceront durablement le genre — tout en lui attirant les foudres de Cartier-Bresson, pour qui son mélange de directivité et de non-directivité est « du pastiche ».

Les années entre 1965 et 1975 sont une période de crise pour les magazines d’actualité et leurs photographes. Horvat tente des expériences d’illustration, de cinéma et de vidéo, souvent inabouties. À partir de 1976, il trouve sa « sortie du désert », avec trois essais photographiques entrepris sans commande (« pour une fois, j’ai été mon propre client ») et destinés à des expositions et à des livres. Portraits d’arbres, Vraies Semblances et New York sont trois projets presque simultanés, à la fois divergents et complémentaires. Horvat les considère comme « son triptyque ». Par rapport à l’orthodoxie « cartier-bressonienne », ils représentent cependant une nouvelle transgression — puisque les trois sont en couleur.

En 1985, Horvat, souffrant d’une affection des yeux, passe temporairement de la photographie à l’écriture, avec un recueil d’entrevues avec d’autres photographes (dont Édouard Boubat, Robert Doisneau, Mario Giacomelli, Josef Koudelka, Don McCullin, Sarah Moon, Helmut Newton, Marc Riboud, Jeanloup Sieff et Joel-Peter Witkin).